Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Figarette

La Figarette

La première c'est la meilleure

Un politique d'exception nous a reçu dans sa prison secondaire, entretien

Publié le 15 Novembre 2014, 12:49pm

Un politique d'exception nous a reçu dans sa prison secondaire, entretien

La Figarette a pu rencontrer en prison un politique, moment rare dont l'on partage les meilleures menottes ici

Un politique que l'on qualifiera de sage nous a ouvert la porte de sa prison, rue de la Santé, Paris XVI. Un sourire au coin, l'homme, revient en exclusivité pour La Figarette sur sa longue route qui l'a mené à sa perte, en passant par notre porte-feuilles. Entretien.

 

LA FIGARETTE - Votre appartement est splendide, qui paye ?

POLITIQUE - J'ai galéré, Monsieur, pour en arriver-là.

LA FIGARETTE - Je n'en doute pas, pourriez vous être plus précis.

POLITIQUE - Je le peux.

LA FIGARETTE - Votre parcours est un véritable placard à billets, comment vous ait venu ce désir d'entrer au contact du peuple. Quelles ont été vos motivations ? Servir les français, une évidence ?

POLITIQUE - Monsieur Bourdi, et ce n'est un secret pour personne, demandez à mes avocats, la France est un grand, beau et riche pays, ainsi, rien ne m'a paru plus évident que sa seule évocation. J'ai décidé de me servir...

LA FIGARETTE - De la servir...

POLITIQUE - Ne jouez pas sur les mots. Oui la France est un grand, beau et riche pays.

LA FIGARETTE - Vous êtes du nord, c'est donc fort logiquement que vous avez été parachuté à Nîmes, ce que les français veulent savoir, car les français veulent savoir, c'est pourquoi de la gauche, vous êtes passé à droite.

POLITIQUE - Vous voulez dire, de la droite vers la gauche...

LA FIGARETTE - Ou inversement

POLITIQUE - Je n'ai pas de miroir dans ma prison, mais je sais bien que l'opposé n'est qu'une image.

LA FIGARETTE - Poursuivez donc...

POLITIQUE - Une image qui reflète toute ma carrière.

LA FIGARETTE - Si je comprends, vous avez quarante ans durant escroqué les familles pauvres, pourtant, votre humilité vous a conduit à ne pas vous regarder dans la glace. Jamais.

POLITIQUE - Du miroir, je ne connais le nom.

LA FIGARETTE - Derrière un tel exploit d'avoir tenu plusieurs décennies sans condamnation, je soupçonne discrètement de la fierté, Je me trompe ?

POLITIQUE - Monsieur Bourdi, quand on marche de concert, ce, depuis quarante ans, dans les semelles de la patrie, le premier sentiment n'est pas de la fierté.

LA FIGARETTE - Vous êtes un homme accompli.

POLITIQUE - Probablement, mon banquier luxembourgeois pourra, je suppose, l'attester. Mais vous savez, Etre un familier du peuple, qui me le rend bien, est avant tout un privilège. La France est une...

LA FIGARETTE - Grande, belle et riche nation...

POLITIQUE - Je connais ma chance, Monsieur.

LA FIGARETTE - L'actualité bouillante des ces dernières semaines vous rend-elle nostalgique.

POLITIQUE - Vous parlez des déboires de certains de mes semblables.

LA FIGARETTE - Entre, autres. Prenons le premier qui me vient, Monsieur Copette ? cela vous inspire quoi ?

POLITIQUE - Effectivement, de la nostalgie, mais pas que... Je ne juge pas les gens sur de simples rumeurs. Copette est certainement mouillé au moins dans quelques affaires, mais sur celle-ci, je ne me prononcerai pas.

POLITIQUE - Les miroirs ne vous sont pas utiles, vous vous mirer dans Copette, par exemple ?

LA FIGARETTE - Cette réponse, je préfère la laisser à mes avocats. A Chacun ses compétences.

POLITIQUE - Il faut être sacrément lâche quand même pour assumer autant de magouilles. Copette est-il un bon lâche ?

POLITIQUE - Mon avocat.

LA FIGARETTE - A quoi pensez-vous le matin devant votre mur, en vous rasant ?

POLITIQUE - Cette question ne doit-elle pas être la dernière ?

La FIGARETTE - Bien sûr, vous avoir en face de moi est un moment rare, mais je n'ai plus de questions, l'actualité se bouscule certes, pour y répondre, Maître Collare m'attend. Merci de m'avoir reçu, je sais votre temps précieux.

POLITIQUE - Pouvez-vous demandé à mon geôlier s'il accepte les coupures de 500, dans ce trou...

LA FIGARETTE - Si, j'ai une dernière question, votre sortie est toujours prévue pour la fin du mois ?

POLITIQUE - La seule chose que je sais, c'est que j'y rentre dans deux mois, entre temps, je suppose revoir le ciel.

LA FIGARETTE - Il me semblait bien qu'il me manquait un billet.

 

POLITIQUE - Au revoir Monsieur Bourdi.

 

 

J-J Bourdi pour la Figarette

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents